Appel à dons

Attention:

Suite à plusieurs piratages de notre livret bancaire, nous avons dû changer le numéro de compte, le RIB qui a circulé auparavant n’est donc plus valable. Pour avoir le nouveau merci de nous contacter à l’adresse cacendr [at] riseup.net

Bonjour !

Ci-dessous et sur le lien, un nouvel à don pour Cacendr. Pourquoi général ? parce que nous avons décidé de ne plus faire une campagne de don spécifique pour Loïc ou pour l’association de malfaiteurs, etc. mais de manière générale contre la répression, la branche la plus active de Cacendr, même si elle porte aussi ponctuellement des projets anti-nucléaires comme l’Atomik Tour par exemple..

Mais tout d’abord :

Merci à toutes celles et ceux qui nous ont soutenu⋅es jusqu’à présent !

Lien pour aller directement sur la page et le texte de l’appel à don :

https://www.helloasso.com/associations/cacendr/formulaires/2/widget

**********************************

Texte :

Nouvel appel à dons pour le long terme

Ce nouvel appel à don n’a pas de limite en temps, c’est pourquoi le texte qui l’accompagne est un peu long, afin de vous informer le mieux possible et d’être transparent. Mais, si vous voulez en savoir encore plus, n’hésitez pas à nous écrire.

Comme vous le savez sûrement, nous continuons à lutter contre le nucléaire, son projet de poubelle en Meuse et à faire face à la répression : c’est chronophage et énergivore.

Mais la convergence frémit partout, et ça sent bon !

Pour nombre d’entre nous, la lutte a de multiples portes d’entrée, celle de la lutte anti-nucléaire bien sûr, mais pas que : celle aussi de la mobilisation pour le climat, celle des gilets jaunes, celle des contre-sommets (G20, bientôt le G7)… sans compter celles de toutes les alternatives : des lieux de vie, des outils et projets d’autonomie… De rencontre en rencontre, avec comme vecteur la lutte à Bure, nous créons des ponts, nous apprenons à lutter ensemble et surtout à nous défendre ensemble.

Côté répression…

Comme tant d’autres en lutte dans le monde ou simplement dans nos banlieues, nous faisons face à l’étau répressif qui se resserre. De basse intensité dans le sud meusien, la répression reste très présente et fait son œuvre subrepticement :
  • tant sur place par la présence et des contrôles permanents des gendarmes basés dans le “labo” de Bure, amenant régulièrement à des procès pour outrage, rébellion…
  • tant par l’enquête pour “association de malfaiteurs” qui suit son cours, diluant toujours plus le dossier par des milliers de pages d’analyses coûteuses et vaines ; instruction qui a pour objectif premier la paralysie d’une partie de la lutte et tenter de faire taire la contestation contre le plus grand des Grands Projets Inutiles et Imposés d’Europe à l’heure actuelle : le dépotoir atomique qui permettra la poursuite mortifère de cette filière industrielle et militaire.

Et ce n’est pas une vue de l’esprit, même la Ligue des Droits de l’Homme dénonce le harcèlement auquel nous faisons face dans un rapport sorti le 20 juin 2019 : https://reporterre.net/La-Ligue-des-droits-de-l-Homme-denonce-le-harcelement-des-opposants-au-site-de

Mais nous ne lâchons rien ! Nous sommes même plutôt en hyper-activité !

Constatez par vous-même :

Comme nous le sentions, Bure a été, est encore un laboratoire pour de nouveaux modes répressifs étatiques. Nous l’avons constaté pour nombre de Gilets Jaunes comme pour un camarade de Toulouse.

En réaction, des liens se tissent au niveau national en solidarité avec tous les autres réprimé⋅es et créent un réseau : RAJCOL

La solidarité financière

Plusieurs associations œuvrent à collecter des fonds pour payer les avocat⋅es, les frais de déplacements, le “cantinage” aux personnes emprisonnées. Cacendr en fait partie et l’assume publiquement sur ce blog.

Nous sommes seulement quelques personnes, entièrement bénévoles, au sein de Cacendr : une équipe volontairement réduite parce que, face à la répression, nous avons besoin de nous sentir en confiance avec les personnes qui gèrent l’argent et les relations en ce sens avec les avocat⋅es et les familles.
Notre comptabilité est régulière et transparente (au cas où vous en douteriez, sachez que notre association fait sûrement l’objet d’une surveillance administrative et financière accrue…).
La lutte à Bure comme la répression qu’elle subit vont durer des années, voire des décennies tant ce projet est pharaonique. Aussi, nous vous appelons encore une fois à donner ce que vous pouvez mais aussi, cette fois, si vous le pouvez, à mettre un virement régulier en place. 

Si toutefois, vous ne pouvez / voulez pas donner de l’argent, n’hésitez pas à :

  • vous tourner votre collectif anti-répression local : il y a toujours besoin d’un coup de main !
  • à organiser un évènement chez vous comme un concert ou un “bal des malfaiteurs” en soutien,
  • à transmettre l’information autour de vous : tissons une grande toile contre la répression !

Merci pour nous toutes et tous !

Et nous espérons bien vous retrouver à l’interco et le final de l’Atomik Tour du 6 au 8 août, puis lors du festival Bure’lesques et surtout à la grande manif le 28 septembre à Nancy où il faudra faire nombre comme on a su le faire à la ZAD NDDL pour établir un rapport de force !

Signé : La collégiale de Cacendr

PS :  Pour recevoir des informations concernant la lutte à Bure comme la répression, vous pouvez vous inscrire sur plusieurs listes :

  • en envoyant directement un mail à Bloquons Cigéo
  • en demandant par mail à être inscrit⋅e à la lettre d’info de Bure-stop et/ou du Cedra
  • soit en vous adressant à votre comité de soutien local : bureburebure.info
  • Pour info, il existe une liste plus générale qui concerne la répression en France : Résistons Ensemble